Sur le banc des connectés

Usagers de la route en panne juridique… Direction le Web.
Dans le domaine du droit administratif et pénal routier, il est souvent difficile de s’y retrouver dans la jungle des textes législatifs et réglementaires. En cas de pépin, la solution peut-elle venir du Net ? Voici quelques sites qui se vantent de voler au secours des automobilistes.

www.avocats-auto.org
www.avocats-auto.org C’est la vitrine Internet de l’Association des avocats de l’automobile, qui regroupe une trentaine de juristes spécialisés. Droit de la consommation, de la circulation, règlements communautaires, etc. Plusieurs rubriques aiguillent vers la réponse à une question juridique, ou aident à se défendre au mieux face à une infraction. La rubrique “documentation et jurisprudence” relaie les décisions des tribunaux et présente succinctement les principaux textes qui régissent le droit pénal routier. Le tout est assorti de conseils dans différents domaines, de la meilleure façon de rédiger une petite annonce aux droits et responsabilités des professionnels, en passant par le droit des assurances.
Les moins : le forum, souvent visité, devrait faire partie des points forts de ce site, mais il mériterait de subir un meilleur “filtrage”. Par ailleurs, ici, aucun “avocat maison” ne traite les soucis juridiques au cas par cas. Les visiteurs seront aiguillés vers la liste des cabinets des juristes membres de l’association. Pourtant en vigueur depuis plusieurs mois, le nouveau Code de la route n’est jamais évoqué.

Vosdroits.service-public.fr
Ce site est une “filiale” du récent portail de l’administration française. Les droits et les démarches des usagers de la route y ont naturellement trouvé une bonne place. Papiers indispensables, accident de la circulation ou contrôle technique, les dossiers traitant ces sujets sont clairs et complets. De plus, ils sont accompagnés d’un lot de questions-réponses. Le tout bénéficiant d’une navigation très simple.
Les moins : le ton est ici à l’opposé de ce qui se passe ailleurs sur Internet. Les automobilistes sont souvent “présumés coupables”. Attention par exemple à ceux qui voudraient simplement consulter les procédures d’enlèvement et de mise en fourrière de leur véhicule, ils seront confrontés à une bonne leçon de civisme. De plus, inutile d’espérer trouver des pistes pour contester une infraction.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *