Phares tournants : Ils vont rendre la nuit plus sûre

Phares tournants de Porsche Cayenne

Grâce à l’arrivée de l’éclairage adaptatif, conduire de nuit va devenir plus sûr et moins fatigant. Intérieur des courbes, bas-côtés, carrefours et intersections, rien n’échappera à ces nouveaux phares.

Le Porsche Cayenne a inauguré le système du français Valeo.

Jusqu’en mars 2003, la réglementation en matière d’éclairage automobile précisait que le faisceau lumineux des feux de croisement devait avoir une longueur et une largeur normalisées. De même, direction et puissance du faisceau ne pouvaient varier. Des modifications de cette réglementation ont été décidées par la Commission économique pour l’Europe des Nations unies (Unece), autorisant les techniques d’orientation des faisceaux lumineux, depuis ce mois-ci. Et ce n’est qu’en 2005, après le vote d’un nouveau règlement, que les systèmes complets d’éclairage adaptatif pourront apparaître.

Un procédé remis au goût du jour
Du coup, les phares “intelligents” arrivent en série, leur faisceau éclairant l’intérieur des courbes et les côtés des carrefours. Trois équipementiers sont prêts et BMW, Mercedes et Opel l’annoncent pour plusieurs de leurs modèles courant 2003. En 2005, ils s’adapteront en continu au profil de la route ainsi qu’à la vitesse du -véhicule, leur faisceau s’étroitisant et s’allongeant à vitesse soutenue ou s’élargissant à vitesse moyenne sur petite route…
Les phares directionnels équipaient déjà les DS dans les années 1960, puis la SM et les Alpine A310. Seule différence, à l’époque il s’agissait de systèmes mécaniques actionnés par des câbles et à la fiabilité plus qu’aléatoire, d’où leur interdiction au milieu des années 70. Aujourd’hui, c’est l’électronique qui commande des moteurs électriques et les perspectives de développement paraissent prometteuses.

Les systèmes existants
Plusieurs équipementiers travaillent sur des systèmes équivalents. L’italo-allemand Automotiv Lighting (qui réunit Magneti Marelli et Bosch), l’allemand Hella, le français Valeo et l’américain Visteon. Celui de Automotiv Lighting s’appelle éclairage adaptatif directionnel. Il est proposé dès maintenant en option sur les coupés BMW Série 3 et bientôt sur les berlines Série 5. Il se compose de phares bi-xénon (une seule ampoule xénon dont le faisceau est modifié par un cache pour passer de codes à phares) qui pivotent sur le plan horizontal afin d’éclairer les bas-côtés de la route en virage. Les moteurs électriques qui les actionnent sont commandés par des capteurs d’angle de volant, de lacet et de vitesse.
Chez Hella, l’AFL, pour Adaptative Forward Lighting ou éclairage avant adaptatif, se compose des mêmes éléments. L’intérieur des courbes sur route ou les bas-côtés d’une petite route de campagne peuvent ainsi recevoir jusqu’à 90 % de lumière en plus comparé à un système à projecteurs fixes, du seul fait du pivotement des optiques. Le système Hella intègre en plus “l’éclairage intersection”: un faisceau lumineux renvoyé par un réflecteur fixe qui illumine une zone d’environ 30 mètres de large à 90° sur la gauche ou la droite du véhicule. Il se déclenche en fonction de la position du clignotant, de l’angle du volant et de la vitesse du véhicule. Et ne fonctionne qu’à des vitesses inférieures à 50 km/h, s’allumant de façon progressive afin de ne pas gêner les autres usagers. L’AFL équipe déjà la nouvelle Mercedes Classe E (en série sur les modèles Avantgarde et E55, en option sur les autres) et sera monté sur les Opel Signum ce printemps, puis progressivement sur les Vectra dans le courant de l’année.
Chez le français Valeo, le dispositif s’appelle AFS pour Adaptative Front Lighting System ou système d’éclairage avant adaptatif. Le système d’éclairement des virages est soit fixe (Fixed Bending Light, que l’on pourrait traduire par “éclairage fixe de virage”) et utilise alors une source de lumière additionnelle de type réflecteur ou elliptique intégrée dans le projecteur à un angle de 45° (en série sur le -Porsche Cayenne), soit actif (Dynamic Bending Light ou éclairage dynamique de virage) qui permet de faire pivoter un phare bi-xénon de ± 20° vers la droite ou la gauche en fonction des informations fournies par les capteurs de vitesse et d’angle de volant, soit 5° de plus que les systèmes équivalents d’Automotiv Lighting, de Hella ou de Visteon. Un dispositif qui devrait équiper la nouvelle mouture de la Laguna prévue pour le printemps 2004, ainsi que deux modèles d’autres constructeurs prévus pour 2003.
Chez l’américain Visteon, le système s’appelle AFS pour Advanced Front Lighting System ou système d’éclairage avant évolué. Si le fonctionnement est similaire à celui de ses concurrents, la grande différence est que le système Visteon sera disponible aussi bien avec des projecteurs à ampoules halogènes traditionnelles qu’avec des xénon ou des bi-xénon, afin que les constructeurs qui le désirent puissent monter ce système sur des milieux de gamme au meilleur coût, sans qu’il soit grevé par le prix des projecteurs au xénon.

Ce qui doit arriver
A cette date, la législation européenne en matière d’éclairage subira une deuxième mutation profonde avec la légalisation de systèmes d’éclairage automobiles véritablement intelligents.
Grâce à des capteurs embarqués de vitesse, de lacet, d’angle de volant, de luminosité, reliés à un calculateur bénéficiant d’un logiciel et d’algorithmes spécifiques associés à des moteurs électriques, l’éclairage automobile adoptera une forme et une intensité spécifique en fonction du trajet, du profil de la route, de la vitesse du véhicule ou de la météo. L’éclairage “ville” sera large et court, éclairant les trottoirs sans éblouir les conducteurs croisant le véhicule. La fonction “intersection” – déjà présente –, activée par la mise en marche d’un clignotant, une faible vitesse et un angle de volant important, éclairera largement le côté du carrefour que l’on doit emprunter. L’éclairage “autoroute”, activé automatiquement dès que la voiture aura roulé plus de 120 secondes à plus de 100 km/h, allongera notablement le faisceau des phares tout en l’étroitisant. La fonction “mauvais temps”, commandant par exemple les antibrouillards, sera activée automatiquement par un capteur de luminosité; tandis que le “suivi de courbe” déjà opérationnel fera bien sûr partie du lot.
Dans un avenir un peu plus lointain, les équipementiers envisagent le pilotage de toutes ces fonctions par -l’intermédiaire du module GPS adaptant en temps réel la forme du faisceau et la distribution de la lumière au profil exact de la route suivie mémorisé par le système de navigation. Avec cette dernière innovation, -conduire de nuit va devenir d’une simplicité lumineuse.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *