Budget annuel de l’automobiliste français

Budget de l’automobiliste français pour l’année 2000

Selon l’étude annuelle de la Fédération française des Automobile-Clubs, la dépense moyenne des Français pour leurs voitures a augmenté de 2,8 %.Malgré la réduction d’un point de la TVA, la suppression de la vignette et la baisse de la TIPP, le budget annuel

Achat
C’est le plus gros poste du budget de l’automobiliste. Cette année, il s’accroît de 575 F, soit une augmentation de 5,4 % par rapport à 1999. Pourtant, le prix des voitures n’a grimpé que de 0,1 %. En fait, c’est au moment de la reprise de son ancien véhicule que l’automobiliste perd de l’argent, à cause notamment de la concurrence due à l’accroissement du nombre des voitures mises sur le marché par le personnel d’usine et les loueurs.

Frais financiers
La détente sur les taux de crédit et la surenchère entre les différents organismes prêteurs est bénéfique pour les automobilistes. Le coût de l’argent baisse encore cette année et descend de 2,2 % dans une inflation de + 1,5 %. Déjà l’année dernière, ce poste avait enregistré une baisse de 2,4 % et la baisse est de 34 % par rapport à 1995.
Assurance :
Là aussi les effets de la concurrence sont bénéfiques, puisque ce poste n’augmente que de 3 F par rapport à l’an dernier. Il représente toujours moins de 8 % du budget.

Carburant
Malgré une baisse de la TVA et de la TIPP, le prix du litre de carburant a encore augmenté cette année en raison de l’envolée du prix du baril. Le litre de super sans plomb est monté jusqu’à 7,43 F l’été dernier, il termine l’année autour de 6,80 F. Du coup, l’augmentation moyenne n’a été que de 5,1 %, alors qu’elle avait été de 16,4 % l’année dernière. D’ailleurs hors taxes, on constate une augmentation de 20,8 % du prix du litre de super sans plomb contre 81,6 % l’année dernière. Le gazole a progressé encore plus vite que le super sans plomb 95, puisqu’en valeur TTC il a augmenté de 8,3 % (contre 27,2 % l’année dernière).

Entretien, pneus, lubrifiants
Avec 2 % d’augmentation, le poste entretien d’un véhicule continue une progression supérieure à l’inflation (+ 1,5 %). La faute a une main-d’œuvre qui augmente de 3,7 %, tandis que le prix des pièces de rechange reste stable (+ 0,2 %). Le lubrifiant (+ 1,2 %) tout comme les pneumatiques (+ 2,7 %) participent à cette hausse.

Garage
En moyenne, un garage coûte 650,58 F par mois, soit un budget annuel de 7 807 F. Un poste plus important encore que celui du carburant, mais qui touche davantage les habitants des grandes agglomérations, où garages et places de parking restent une denrée rare et chère.

Vignette
En supprimant la vignette, les pouvoirs publics ont marqué un point psychologiquement. Pourtant, sa disparition n’allège que peu les taxes, puisqu’elle ne représentait que 0,7 % du budget de l’automobiliste. La vignette demeure en revanche pour les véhicules de société.

Péages
Malgré une progression des tarifs de + 1,1 %, la dépense en péage pour chaque automobiliste n’augmente que de 0,6 % en raison d’un kilométrage moyen en baisse.