7 kits mains libres au banc d’essai

kits mains libres

Ils réduisent les risques d’accidents… et de procès-verbaux.
Téléphoner en voiture, c’est pratique, mais dangereux… Avec un kit “mains libres”, ça l’est déjà moins et c’est la seule manière tolérée par les forces de l’ordre. Panorama et essai des meilleurs kits disponibles.
Le téléphone portable, que plus de 55 % des Français ont adopté, est souvent utilisé en voiture. Mais souvent en coinçant l’appareil entre épaule et oreille ou, pire, en ne tenant le volant que d’une main, le lâchant pour passer les vitesses. Il existe pourtant un moyen simple de réduire le risque : les kits mains libres. Ce sont de petits appareils que l’on branche sur le téléphone (qui reste, lui, fixé à la planche de bord) et qui permettent de converser sans quitter la route des yeux et en gardant ses mains sur le volant. Ils ne suppriment toutefois pas l’effet distractif de la communication sur la conduite. Une étude de l’Inrets (Analyse des risques d’utilisation du téléphone mobile en situation de conduite) démontre une augmentation du temps de réaction face à un imprévu des “conducteurs-téléphoneurs” qui varie de 30 % à plus de 70 % en fonction de l’âge, de la situation de conduite, de la complexité de la communication, etc. Les kits mains libres ne sont donc pas la panacée, mais réduisent quand même le danger, notamment lorsque l’automobiliste active la fonction “décrochage automatique” qui lui permet de prendre l’appel sans avoir à lâcher le volant, la communication s’établissant d’elle-même après quelques sonneries. Un aspect primordial puisque, selon une étude japonaise, c’est le moment où l’on décroche qui serait le plus dangereux. Nous avons choisi d’essayer pour vous des modèles simples ne nécessitant pas l’intervention d’installateurs.

1er
Modèle : Car Kit pro.
Compatibilité : toutes marques.
Prix : 690 F kit + 120 à 90 F suivant connecteur.
Sa forme ovoïde s’accordera sans problème avec le tableau de bord de votre voiture. Son installation est simple : on peut l’accrocher à l’aide de Velcro autocollant (risque d’usure à la longue) ou bien le visser. Un système de fixation du téléphone est aussi fourni, ainsi qu’un micro qu’il faut installer de 40 à 50 cm de la bouche du conducteur (sur le pare-soleil, par exemple). Ce modèle fonctionne en 12 et 24 volts. La puissance sonore de ce produit est la plus importante de notre test. C’est sans conteste lui qui délivre le meilleur son ! Rançon de ces qualités : il n’est pas donné, en particulier pour les raccords (d’excellente qualité) qui peuvent atteindre plus de 100 F. Une belle réalisation, qui bénéficie de plus d’une garantie de trois ans.

2ème
Modèle : Cup Phone.
Compatibilité : Nokia série 51 et 61, plus 6210 et 7110.
Prix : 690 F.
Un produit intelligent et surtout astucieux dans son design : il a la forme d’une canette de boisson. On peut donc l’installer dans les emplacements prévus à cet effet. Si la voiture n’en dispose pas, on peut trouver un système d’accroche chez les accessoiristes. Le téléphone est solidement maintenu, le son est puissant et clair. Un très bon appareil qui peut être aussi utilisé à la maison comme chargeur et mains libres de bureau. Le Cup Phone est équipé d’un micro intégré, mais il est aussi possible de lui en adjoindre un extérieur. Hélas, il n’est pour l’instant compatible qu’avec certains appareils Nokia.

3ème
Modèle : kit SL 45.
Compatibilité : Siemens SL 45.
Prix : 1 F (SL 45 : 4 490 F).
Siemens propose depuis quelques mois un kit mains libres pour 1 F de plus si l’on achète un modèle SL 45 de la marque (un très haut de gamme !). L’idée est bonne, l’appareil est bien réalisé et extrêmement simple. Il se compose d’une boîte ronde prolongée d’une prise allume-cigares, et articulée autour de celle-ci. De cette boîte, sort un fil qui se connecte au GSM. Une prise femelle permet de brancher le micro fourni. Bravo pour le système d’articulation qui permet d’orienter le haut-parleur de façon optimum. Le son est clair, mais nous avons remarqué un petit manque de puissance qui réserve ce système à des voitures silencieuses. La construction est visiblement sérieuse et surtout son prix permet de mieux faire passer celui très élevé de l’appareil.

4ème
Modèle : ET 400.
Compatibilité : toutes marques.
Prix : 350 F avec support.
Les kits THB viennent d’Allemagne. Ils sont composés d’un boîtier qui se fixe par vissage et se connecte à la prise allume-cigares, et d’un micro. Le téléphone se connecte, lui, grâce à un support spécifique (plus de 10 marques et 60 modèles) qu’il faut aussi visser. L’esthétique de l’ensemble est banale, mais sa couleur noire le fera oublier dans un habitacle. Grâce au support, la fixation du téléphone est parfaite, et nous avons été agréablement surpris de sa qualité sonore. Il reproduit parfaitement la voix des correspondants. Ce qui lui vaut cette bonne note en son alors qu’il manque un peu de puissance, obligeant parfois à “lever le pied” sur autoroute pour comprendre son interlocuteur. On peut aussi regretter l’absence de systèmes de fixation autres que par vis.

5ème
Modèle : Drive’n call 3000.
Compatibilité : toutes marques.
Prix : 299 F.
Ce modèle bénéficie d’un rapport qualité/prix tout à fait avantageux ! Fabriqué en Italie, il se compose d’un petit boîtier qui comporte un micro. L’ensemble est monté sur flexible et se branche sur l’allume-cigares. Du boîtier part un fil qui permet la connexion au GSM. Le flexible est pratique et permet d’optimiser l’écoute. Une prise située sur le côté du boîtier autorise le branchement d’un micro/oreillette. Les performances sonores du Drive’n Call ne permettent pas de s’en servir à vitesse élevée ou dans une voiture bruyante, mais il est tout à fait utilisable en ville ou à vitesse moyenne. La sécurité à moins de 300 F !

6ème
Modèle : Walk free.
Compatibilité : Toutes marques.
Prix : 990 F.
Ce kit n’est pas vraiment un “mains libres” de voiture. Il s’agit d’une oreillette reliée au téléphone GSM par un système radio qui peut être utilisé en voiture. Plus de fils gênants et l’on peut prendre les appels en toute discrétion. Un petit boîtier est branché sur le téléphone et un “gros” écouteur/micro est posé sur l’oreille, les deux alimentés par des petites batteries rechargeables qui assurent à l’ensemble une autonomie de 2 h 30 en communication et 45 heures en veille. Le casque pèse 22 g, ce qui peut paraître peu, mais devient rapidement “pesant” ! Son ergonomie “ouverte” permet d’entendre les bruits ambiants, et donc de ne pas gêner la conduite. Le son est moyen, et la portée du système est d’environ 1,50 m. Son prix élevé ne milite pas en sa faveur, mais il peut convenir à ceux qui ont besoin d’un appareil polyvalent voiture/piéton.

7ème
Modèle : Cassette mains libres.
Compatibilité : toutes marques.
Prix : 190 F plus raccord 59 F.
L’idée est intéressante : on utilise le lecteur de cassettes de l’autoradio pour faire passer les communications téléphoniques. Pour cela, on a installé dans un boîtier de cassette une tête magnétique qui se retrouve en face de celle de l’autoradio. Par un phénomène d’induction, les informations passent entre les deux. Pour capter la voix, un petit micro-cravate est relié à l’ensemble. Si le système est astucieux, il a ses limites : tout d’abord hors de question d’écouter une cassette quand il est en place. Ensuite, la qualité sonore dépend, pour l’écoute des correspondants, de la qualité sonore de l’installation autoradio. L’induction occasionnant de grosses pertes de puissance, il faut un système “musclé” pour bien entendre ses interlocuteurs. De plus, nombreuses sont désormais les automobiles à proposer de série des lecteurs CD qui interdisent l’utilisation de ce kit.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *